BIENVENUE SUR LE SITE LOUIS XVII

"La véritable tradition n'est pas de refaire ce que les autres ont fait mais de trouver l'esprit qui a fait ces grandes choses et qui en ferait de toutes autres en d'autres temps"     P. Valéry

16 8bre 1793. Une Reine de France est assassinée

Ce 16 8bre, 4heures ½ du matin C'est à vous, ma sœur, que j'écris pour la dernière fois ; je viens d'être condamnée non pas à une mort honteuse, elle ne l'est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère. Comme lui innocente, j'espère montrer la même fermeté que lui dans ces derniers moments. Je suis calme comme on l'est quand la conscience ne reproche rien ; j'ai un profond regret d'abandonner mes pauvres enfants ; vous savez que je n'existais que pour eux, et vous, ma bonne et tendre sœur, vous qui avez par votre amitié tout sacrifié pour être avec nous, dans quelle position je vous laisse ! J'ai appris par le plaidoyer même du procès que ma fille était séparée de vous. Hélas ! la pauvre enfant, je n'ose lui écrire, elle ne recevrait pas ma lettre, je ne sais même pas si celle-ci vous parviendra, recevez pour eux deux ici ma bénédiction. J'espère qu'un jour, lorsqu'ils seront grands, ils pourront se réunir avec vous et jouir en entier de vos tendres soins. Qu'ils pensent tous deux à ce que je n'ai cessé de leur inspirer : que les principes et l'exécution exacte de leurs devoirs sont la première base de la vie ; que leur amitié et leur confiance mutuelle en feront le bonheur ; que ma fille sente à l'âge qu'elle a, elle doit toujours aider son frère par les conseils que son [mot rayé dans l'original] l'expérience qu'elle aura de plus que lui et son amitié pourront lui inspirer ; que mon fils, à son tour, rende à sa sœur tous les soins, les services, que l'amitié peut inspirer ; qu'ils entent enfin tous deux que, dans quelque position où ils pourront se trouver, ils ne seront vraiment heureux que par leur union, qu'ils prennent exemple de nous : combien, dans nos malheurs, notre amitié nous a donné de consolations, et dans le bonheur on jouit doublement quand on peut le partager avec un ami ; et où en trouver de plus tendre, de plus cher que dans sa propre famille ? Que mon fils n'oublie jamais les dernier mots de son père que je lui répète expressément : qu'il ne cherche pas à venger notre mort. J'ai à vous parler d'une chose bien pénible à mon cœur. Je sais combien cet enfant doit vous avoir fait de la peine ; pardonnez-lui, ma chère sœur ; pensez à l'âge qu'il a, et combien il et facile de faire dire à un enfant ce qu'on veut, et même ce qu'il ne comprend pas ; un jour viendra, j'espère, où il ne sentira que mieux tout le prix de vos bontés et de votre tendresse pour tous deux. Il me reste à vous confier encore mes dernières pensées. J'aurais voulu les écrire dès le commencement du procès ; mais outre qu'on ne me laissait pas écrire, la marche en a été si rapide, que je n'en aurais réellement pas eu le temps. Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans celle où j'ai été élevée, et que j'ai toujours professée, n'ayant aucune consolation spirituelle à attendre, ne sachant pas s'il existe encore ici des prêtres de cette religion, et même le lieu où je suis les exposerait trop s'ils y entraient une fois. Je demande sincèrement pardon à Dieu de toutes les fautes que j'ai pu commettre depuis que j'existe. J'espère que, dans sa bonté, il voudra bien recevoir mes derniers vœux, ainsi que ceux que je fais depuis longtemps pour qu'il veuille bien recevoir mon âme dans sa miséricorde et sa bonté. Je demande pardon à tout (sic) ceux que je connais et à vous, ma sœur, en particulier, de toutes les peines que, sans le vouloir, j'aurais pu vous causer. Je pardonne à tous mes ennemis le mal qu'ils m'ont fait. Je dis adieu à mes tantes et (un mot rayé] et à tous mes frères et sœurs. J'avais des amis, l'idée d'en être séparée pour jamais et leurs peines sont un des plus grands regrets que j'emporte en mourant, qu'ils sachent au moins que, jusqu'au dernier moment, j'ai pensé à eux. Adieu, ma bonne et tendre sœur ; puisse cette lettre vous arriver ! Pensez toujours à moi, je vous embrasse de tout mon cœur, ainsi que ces pauvres et chers enfants : mon Dieu ! qu'il est déchirant de les quitter pour toujours ! Adieu, adieu ! Je ne vais plus m'occuper que de mes devoirs spirituels. Comme je ne suis pas libre dans mes actions, on m'amènera peut-être un prêtre, mais je proteste ici que je ne lui dirai pas un mot, et que je le traiterai comme un être absolument étranger. 

Voulez-vous visiter l'enclos du Temple? suivez nous!

Naissance de Madame Amélie il y a 200 ans

Née à Spandau (Prusse) le 31 août 1819, elle fut nommée Amélie en souvenir du nom de "guerre" donné à Madame Royale lors du voyage vers Montmédy tragiquement interrompu à Varennes.

 

Elle s'est mariée le 15 juillet 1876 à Breda, à un bourgeois veuf : Xavier Abel Martin Laprade.  Xavier Abel était possesseur du petit manoir du Logis de Mazerolles.

Madame Amélie fonde le journal la Légitimité en 1883 pour soutenir la cause de son père. Cette publication prend fin en 1940. 

 

voir notre article dans le Bulletin 100 

Assassinat du Duc de Berry, défenseur de la Cause de son cousin Louis XVII

 

 

 

Janvier 1820 : Le Duc de Berry se confie à sa Nourrice Mme Delmas : « eh bien tu vas être contente, j’ai écrit à mon cousin et je n’en parlerai pas à sa sœur ». La légitimité, 1884 Vol 2 Ch 1, P89

 

Janvier 1820 : le Duc de Berry, la Duchesse d'Angoulême rencontrent Louis XVIII . Berry demande à son oncle de rendre le Trône au roi Légitime, son neveu.

 

3 février 1820 : «  ou vous rentrez dans vos droits ou j’y perdrais la vie ». Témoignages de Mme Delmas, Ctes Menard et de Nantouillet, Bn de Fontanes. Appel à la conscience publique, P 253. 

 

« en 1820, avant l’assassinat du Duc de Berry, un rassemblement avait été organisé pour soutenir cet excellent prince, qui voulait opérer un mouvement pour faire reconnaitre et proclamer le roi légitime. J’étais entré dans cette noble conspiration avec plusieurs autres colonels, qui devaient soutenir ce mouvement. L’assassinat du Prince fit tout contremander ». Lettre du colonel comte de Couffin du Valès, 1839 . Memento Delrosay, 3ème édition, 1943,  T4, p 222

 

13 Février 1820 : Assassinat du Duc de Berry par Louvel 

 

 

Chateaubriand aura alors ce mot terrible à l'encontre de Decazes, qui avait alors le rôle d'un premier Ministre :" le pied lui a glissé dans le sang !" 

 

un article est en préparation pour le  Bulletin 101 

 

 

 

Bulletin n° 101 de l'Institut Louis XVII

le Bulletin n° 101 est en cours de réalisation. Merci à nos adhérents pour les récents envois de documents . 

 

Communiqué

Nouvelle adresse POSTALE pour joindre l'association :

You can send us any correspondence at  :  

 

Institut Louis XVII

 

BP n° 10060

 

75721 Paris cedex 15

 

la Monnaie de Parie rend hommage à l'Histoire de France

Une série de pièces de 10 euros en argent de la Monnaie de Paris est disponible dans les Bureaux de la Poste.

Des personnages Historiques tels que Dagobert, Guillaume le Conquérant, Louis XIV, Louis XVI figurent sur les monnaies... 

Les pièces de 50 euros représentent les symboles républicains.

 

Auriez-vous cet ouvrage dans votre bibliothèque ?

 

l 'équipe de l Institut est à la recherche des 3 ouvrages  de Reuben Reicher (Sgradi) sur la question Louis XVII.

si vous disposez de ces ouvrages n'hésitez pas à nous en faire part.

- La Survie de Louis XVII

- l'Affaire Louis XVII devant le tribunal de l'Histoire

- Les faux dauphins 

 

 

MISE A JOUR DE NOTRE SITE INTERNET

De nouveaux documents viennent compléter la rubrique Documentation Historique et la Bibliothèque se voit attribuer une nouvelle partie réservée à la Presse et aux divers fonds d'archives. Archives et nouveautés seront ajoutées régulièrement. 

 

Le site est en constante évolution, aussi, n'hésitez pas à visiter nos différentes rubriques.

Une visite sur la page Actualité ? Un événement à nous signaler ? La bibliothèque en ligne ? Les informations historiques ? 

 

N'hésitez pas à nous donner vos remarques de lecture par un courriel à partir de Contact dans le menu.

 


 

Our Web site is constantly evolving, so do not hesitate to visit us  on a regular basis, send us question. 

Premium acces will be available shortl , it is  still under construction .

We hope the first posting available are of use for you to better understand the louis XVII 's question. 

the Louis 17 team.

Nous espérons que les premiers documents mis à votre disposition vous apporteront des éléments de réponse.

 

 

Dernière mise à jour : lundi 12 octobre 2020

La Bibliothèque Louis XVII, vous présente des ouvrages anciens et récents relatifs à la Question. Ils vous permettront d'approfondir

vos connaissances.

 

Une fiche de lecture type peut vous être adressée si vous le souhaitez .

 

Bonne lecture !

 

 

Vous disposez de documents (reliques, livres, ...) en relation avec l'Histoire de Louis XVII et de sa Famille et souhaiteriez qu'à l'avenir ces documents ne soient pas dispersés ou vilement acquis par des personnes mal intentionnées ni même disséqués sans discernement pour un coup "médiatique" ou  " scientifique" . Au contraire vous aimeriez qu'ils soient conservés, protégés, utiles à une cause historique et légitime, servie par une équipe soucieuse de protéger au mieux et de rendre utile ce précieux patrimoine…

 

Dans ce cas,  prenez contact avec notre équipe.

 

Nous vous garantissons, quelle que soit votre décision, que toutes les informations échangées, seront rigoureusement confidentielles.